Les diarrhées des SS

Publié: 07/04/2011 dans SS

Les diarrhées des assistantes sociales

Le site du Conseil Supérieur de la Magistrature réserve ses petites surprises surtout au détour de quelques décisions assez révélatrices des mœurs judiciaires.

Dura lex, sed vitrivied

Je me permets donc de synthétiser la décision S164 du 21 janvier 2009 prise suite aux plaintes des services de l’enfance contre une juge des enfants. Les pauvres éducateurs se sont plaints d’avoir été mis en cause par la juge lors des audiences devant les familles.

À la lecture de ce cas je me suis pris d’un intérêt pour cette juge des enfants dont le nom n’apparaît pas et, connaissant certains fonctionnaires des services de l’enfance, je me suis dit qu’il fallait bien quelques fois qu’une femme à poigne remette à leur place un ramassis d’abrutis incompétents dont la bêtise le dispute à la mauvaise foi. Je n’aurais pas non plus été choqué qu’un éducateur se prenne un bon coup de pompe dans le cul par une juge des enfants exerçant correctement ses fonctions, ceci devant les applaudissements de parents qui auraient pu comprendre enfin que leur place n’étaient pas là.
Mais lisez donc la suite, cela vaut le coup !
Les mises en cause dirigées par un directeur d’AEMO (Action « Éducative » en Milieu Ouvert) contre la juge en question dataient déjà de plusieurs années. Le zélé directeur n’arrivait pas à digérer la mise en cause du travail technique de ses protégés devant les familles, et pour faire bonne mesure, il dénonçait aussi un mauvais traitement des justiciables.
C’est là qu’on y croit très fort. Depuis quand les éducateurs se font les avocats de familles, à moins que celles-ci soient délinquantes ? Entendons-nous bien, je ne dis pas que c’est impossible, mais j’attends des exemples pour n’avoir jusqu’à présent entendu s’exprimer dans notre association que des parents salis en audience par des roquets dont le maintien des emplois dépendait de l’explosion de familles et du remplissage des foyers.
Remettre en cause le travail technique d’éducateurs me paraît en outre relever du travail d’un juge des enfants. J’ai pu en effet avoir copie d’éléments de RRSE (recueil de renseignements socio-éducatifs) stupéfiants de bêtise, truffés d’affirmations gratuites, de jugements de valeur non étayés, d’informations méritant inscription en faux, de véritables torchons dénoncés par des parents et pour lesquels un juge des enfants confronté à l’incohérence d’un rapport soutenait « son » éducateur.
Quel soulagement de lire alors que quelque part une juge pouvait « terroriser » des éducateurs venant soutenir leur rapport devant le tribunal pour enfants. Quelle crise de rire que parcourir ces propos d’une directrice de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) qui pleurait sur ses pauvres assistantes sociales, qui je cite  » trois jours avant l’audience avaient des insomnies et même (non c’est trop) DES DIARRHÉES  » !
C’est qu’ils se sentaient humiliés ces éducateurs, comme il l’est écrit, humiliés devant leurs jeunes, mais est-ce si exceptionnel que l’on puisse en tenir rigueur à cette juge ? Après tout cette caste n’est pas dénuée de complexes et pour avoir entendu bien quelques avocats les évoquer, on ne saurait parler d’intellectuels à leur propos.
Mais cette juge avait contre elle, à tort ou à raison, ses collègues et même le président du TGI alerté par les services du conseil général, saisi par des dénonciations orales et écrites des services sociaux. Une auditrice de justice s’était d’ailleurs trouvée fort opportunément en stage chez la juge des enfants et a pu apporter le coup de grâce en évoquant une animosité particulière de sa tutrice contre le directeur du service de l’AEMO et contre la directrice de l’ASE.
La messe était donc dite par Judas, on s’en prend impunément aux parents qui ne plaisent pas aux services sociaux, mais même une juge ne peut rendre la pareille. Pour ces faits qualifiés de manquement au devoir de délicatesse et de probité, le juge des enfants a été interdit d’exercer ses fonctions pendant 3 ans et a été déplacé.
Xavier Collet
——————-
Ce fait est hallucinant. Entre la « punition » de juge Burgaud qui a bousillé la vie d’une trentaine de personnes et celle de cette juge qui, une fois n’est pas coutume, a osé contrarier les sévices sociaux, il n’y a pas photo. Deux mesures, deux morales, même la justice est victime du système pervers d’assistanat si chère à la gauche. D’où ma conclusion – il faut détruire le système social dans son état actuel et surveiller le comportement des juges pour qu’ils ne succombent pas si facilement (à 99 %) aux influences idéologiques. (Boris Tanusheff)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s